Pourquoi une UFICT au sein de la Fédération CGT des Services publics  ?

Lire aussi l’article Les enjeux de notre syndicalisme spécifique  (introduction des orientations de l’Ugict)

Télécharger le diaporama Les enjeux de la syndicalisation des ICTAM

Quelle est la place de l’UFICT dans la CGT ?

L’existence d’une UFICT au sein de la Fédération CGT des services publics constitue une orientation fédérale validée par ses différents congrès.

Décision 19 du 11 congrès de la Fédération CGT des services publics

Le 11ème congrès décide :

  • par un travail croisé de la Fédération avec son UFICT d’organiser les agents relevant des catégories ICTAM dans des structures appropriées, notamment en faisant connaître et vivre la charte.
  • La réflexion doit être poursuivie sur la structuration la plus pertinente concernant la syndicalisation des cadres et l’activité CGT. Ce sont donc bien les syndiqué-e-s concerné-e-s qui doivent être concerté-es et largement associé-e-s à la réflexion sur l’organisation revendicative et de vie syndicale adaptée à leur établissement ou collectivité. Le congrès décide d’une large consultation des syndicats dans lesquels se trouvent des syndiqué-e-s ICTAM affilié- e-s ou non à l’UFICT.
  • de créer les conditions pour organiser un collectif ICTAM dans les CSD ;
  • que la ou le secrétaire général-e de l’UFICT soit invité-e aux réunions de la CEF.

L’existence d’un syndicalisme cadre spécifique est également une orientation confédérale.

Résolution n°1 du 51ème congrès confédéral (extraits)

La CGT et ses syndicats s’engagent notre syndicalisation envers les cadres, et travailler avec eux leurs revendicati ons spécifi ques, en créant, en développant et en utilisant les structures et les outils spécifiques que sont les unions fédérales et l’UGICT CGT ;

Résolution n°2 du 51ème congrès confédéral (extraits)

La CGT et ses syndicats s’engagent à développer l’activité spécifique partout où se trouvent des ICT. L’Ugict-CGT et les organisati ons spécifiques professionnelles et territoriales, leurs travaux revendicatifs, sont à la disposition de toute la CGT pour aider à organiser ce déploiement et ce renforcement parmi les ICT qui représentent 47 % du salariat.

Pourquoi traiter les cadres à part ?

Les salariés attendent du syndicalisme les moyens d’agir sur leur réalité. La réalité des ICT c’est leur place dans le travail, leur formation, la mise en œuvre de décisions auxquelles ils ne sont, en général, pas associés. Ils expriment des revendications différentes : reconnaissance de leur qualification, moyens d’exercer leurs responsabilités…

Parfois les rapports hiérarchiques peuvent les opposer aux autres catégories.

L’organisation spécifique de la CGT, l’UFICT, a un double objectif :

  • rassembler les ICT pour faire avancer les revendications qui naissent de leur situation particulière ;
  • les unir aux autres salariés pour faire avancer les revendications d’ensemble.

 

Pourquoi regrouper les cadres ?

Parfois chargés d’encadrement, parfois cantonnés à l’exécution, les techniciens se définissent comme ni… ni… (ni ouvriers, ni cadres) ; ils ont du mal à trouver leur place dans l’organisation du travail. Ils aspirent à être reconnus, à bénéficier d’un vrai déroulement de carrière, à obtenir les moyens d’exercer leurs responsabilités. Malgré des différences de niveau d’expertise, de responsabilité et d’autonomie, les techniciens et agents de maîtrise partagent les mêmes contenus de travail que les ingénieurs et cadres. C’est l’organisation spécifique qui est la mieux placée pour traiter de ces problèmes directement liés à l’activité. Réunir cadres et professions intermédiaires aide à dépasser ainsi un certain nombre de contradictions qui isolent les uns par rapport aux autres et conduit le plus souvent les uns et les autres au repli catégoriel, à l’isolement, à l’inaction. Souvent isolés dans leurs activités professionnelles ils peuvent l’être aussi dans le syndicat et ont besoin de confronter et d’échanger leurs points de vue pour construire leurs revendications. A ce titre, il est indispensable de combattre l’isolement des syndiqués et regrouper les syndiqués d’une même profession sur un même territoire.

Activité spécifique oui, mais pourquoi une organisation spécifique ?

Une activité spécifique quotidienne et inscrite dans la durée, ça s’organise, notamment pour éviter le ris- que d’une activité globalisante qui ne traite pas les problèmes des ICT. Trop souvent encore, la CGT est considérée comme un syndicalisme qui n’est pas fait pour eux. En créant un espace permanent d’échanges sur leur vécu professionnel, les ICT, peuvent mieux s’identifier au syndicalisme CGT. La structure spécifique, décidée dans sa forme par les syndiqués ICT, est le moyen de garantir une vie démocratique permanente : réunions, formations, choix de leur direction, de leurs candidats aux élections…

 

 Qu’apporte l’Ufict à l’adhérent ?

Elle lui offre la possibilité d’être acteur de la vie syndicale à partir de ce qui lui est spécifique, de se faire entendre sans s’opposer aux autres catégories.

C’est ce qui se traduit par le droit de décider de la constitution de son organisation spécifique, à l’entre- prise, ou, s’il se trouve isolé, au plan de la zone, du site (par profession ou de façon multiprofessionnelle), de ses revendications et des actions à partir de la place dans le travail et de ses besoins.

 Comment construire les convergences ?

Nous avons besoin d’élever le rapport de forces en construisant des convergences entre ICT, y compris pour éviter les impasses catégorielles. Les convergences entre toutes les catégories ne se décrètent pas, mais là encore s’organisent. Que ce soit sur le temps de travail, la qualification, c’est en partant de la perception de chaque catégorie et du contenu solidaire qu’on pourra tisser les convergences et non en partant de slogans uniformisants.

 N’y-a-t’il pas un danger à multiplier les structures ?

Sous prétexte d’efficacité, de manque de moyens militants, il est tentant de regrouper les forces dans une seule structure. Très souvent les ICT syndiqués sont alors « aspirés » par l’activité générale et ne se tournent pas ou pas suffisamment vers leurs collègues. La structuration spécifique est le moyen d’être plus efficace en incitant en permanence à traiter le vécu professionnel des ICT. Des coopérations permanentes avec les syndicats ouvriers et employés favorisent les convergences et les complémentarités.

 L’activité générale m’intéresse !

L’activité générale concerne tous les domaines qui intéressent l’ensemble des salariés. Aucune catégorie en particulier n’a vocation à s’exprimer pour les autres, aucune n’est habilitée à le faire sans accord. L’implication dans une activité générale est ouverte à toutes celles et ceux qui le veulent. D’autre part, chaque syndicat y compris spécifique est à même d’aborder les questions les plus diverses, des plus particulières qui les concernent en propre, aux plus larges, au plus générales, de l’entreprise, de la profession ou au plan interprofessionnel. Les décisions et expressions de la CGT sur chacun de ces niveaux sont du ressort de l’organisation ou de toutes les organisations structurées sur chacun de ces niveaux.

Qu’est-ce que l’Ugict-CGT, à quoi ça sert, et pour qui ?

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

RSS